Dans l’œil de la corrosion

Evelyne Doré Polytechnique Montréal

Ces cercles concentriques bleutés et entourés d’écailles vertes rappellent l’œil d’un reptile ou, pire, d’un tyrannosaure. Il s’agit en réalité de plaques de corrosion irisées qui se sont déposées à la surface d’une conduite d’eau potable. Composées d’oxyde de cuivre, elles créent ici un motif inusité qui s’explique par un défaut de surface dont l’épicentre forme la pupille de cet œil métallique. La formation d’une telle couche de corrosion est commune à toutes les conduites d’eau potable en cuivre. Dans des conditions normales, ces plaques ne représentent aucun danger pour la santé. Mais elles sont étudiées afin de mieux comprendre leur comportement et prédire les concentrations de métaux susceptibles de passer dans l’eau potable. (Grossissement 20x - Microscope optique - Série de photos prises à différentes profondeurs de champ, puis superposées avec un logiciel pour compenser la courbure interne de la conduite) - Photo issue du concours La preuve par l'image 2017.

L’histoire vous le dira!

Comment faire une vidéo de vulgarisation scientifique avec ses étudiant-e-s?

 

” Tranchez ça mince! Faites-ça simple! […] Pour aller chercher l’auditoire, ne pas hésiter à glisser quelques résultats, quelques faits marquants, dès le début de la vidéo. Il faut […] donner envie de découvrir le sujet.”

Publication