| Rawpixel

https://www.rawpixel.com/

Être e-visible ou invisible?

Comment gérer sa e-réputation de jeune chercheur-euse

Si vous appliquez pour un poste ou pour un financement, si une autre personne a remarqué vos travaux, alors il y a de grandes chances que l’on cherche votre nom sur les moteurs du web. Évidemment, vous voulez que les résultats affichés projettent des valeurs de transparence, d’ouverture, de clarté, de précision, d’exhaustivité ou de sélection, de traçabilité, d’honnêteté, d’attribution, de responsabilité ou d’imputabilité. Bref des valeurs des sciences!

Pour faciliter votre évaluation, pour ne pas ralentir les collaborations et pour ne pas susciter de doute, vous allez gérer votre réputation numérique en parallèle des réseaux sociaux traditionnels. Pour cela, vous allez créer des profils sur des outils stratégiques et tisser des liens entre eux.

Remerciements : Frédérique Flamerie, bibliothécaire en données de recherche, Université de Bordeaux.

  1. Créez un identifiant ORCID

    Pourquoi ? ORCID ORCID est devenu l’identifiant pérenne de chercheur-euse le plus utilisé à ce jour. Il est formé de 16 chiffres 0000-0000-0000-0000. ORCID est FAIR, c’est-à-dire qu’il est facile à trouver, accessible, interopérable et que les informations peuvent être facilement exportées et réutilisées.

    1. Créez-vous un identifiant sur ORCID : Register > Personal Account.
    2. Description minimale : nom complet [et autres noms], diplômes et emploi actuel.
    3. Pour afficher votre CV complet, complétez avec : vos publications, vos présentations, vos financements, certains de vos travaux de révisions par les pairs, etc.
  2. Gérez vos profils de scientifiques

    Pourquoi ? Pour réclamer vos publications dans une sélection de plateformes en accès libre.

    • Publons et ResearcherID de Web of Science pour valoriser vos révisions par les pairs. Cherchez d’abord votre profil dans Publons pour ne pas créer de doublons. Connectez-vous avec votre ORCID.
    • idHAL, si vous avez au moins une publication dans HAL. Connexion avec votre ORCID, puis associez ou créez un idHAL. Possibilité d’avoir un cvHAL.
    • Google Scholar, pour réclamer vos publications et suivre vos citations. Très populaire mais en circuit fermé.
  3. Créez un élément Wikidata

    Pourquoi ? Wikidata est « devenue progressivement le point de convergence mondial des identifiants ouverts ». De plus, les moteurs du web s’appuient sur Wikidata pour améliorer leurs résultats de recherche.

    1. Connectez-vous avec un compte sur Wikidata et cherchez votre prénom nom. Si un élément Q existe à votre nom, allez le compléter. Sinon, si vous avez publié un article révisé par les pairs ou une monographie, vous pouvez créer un élément Q à votre nom en cliquant sur Créer un nouvel élément.
    2. Renseignez minimalement : Label = prénom nom; description courte en français et en anglais; ainsi que ces déclarations : nature de l’élément = humainoccupation = chercheurfield of work = votre domaine; ORCID iD = votre identifiant.
    3. Astuce : allez consulter d’autres profils de chercheur-euse-s pour savoir comment enrichir le votre (exemple).
    4. Astuce : surveillez votre élément Q (Ajouter à votre liste de suivi) : En cas d’infraction à la vie privée ou de diffamation, écrivez immédiatement à Wikidata Oversight.
  4. Pointez vers un méta profil

    Pourquoi ? Pour influencer les résultats des moteurs du Web en donnant du crédit à la page que vous avez choisie. Et pour rediriger la navigation web de chercheur-euse-s qui seraient arrivé-e-s sur d’autres plateformes.

    Parmi tous les profils, choisissez-en un qui va devenir votre page principale avec l’information la plus à jour et la plus complète. Ce profil devrait avoir une URL stable et courte. La page de votre identifiant ORCID ou votre cvHAL sont des bons choix.

    Ensuite, pour chaque profil créé dans différentes plateformes, créez un lien URL vers le méta profil choisi.

  5. Faites des micropublications ou des prépublications

    Pourquoi ? Bloguer, partager ses présentations de conférence, ses prépublications, son code source ou ses méthodes est une manière de vous construire progressivement une réputation avec des étapes moins fastidieuses que la soutenance de thèse ou la publication d’articles révisés par les pairs.

    • Plateforme Hypothèses, pour bloguer sa recherche;
    • Dépôts dans le dépôt institutionnel de votre institution, dans HAL, dans Zenodo, etc.;
    • GitHub, pour partager vos codes source.

    Astuces de conclusion : si vous décidez d’investir les réseaux sociaux, n’hésitez pas à compartimenter vie privée et vie de chercheur-euse, ayez une stratégie ciblée sur des objectifs et soyez prêt à en changer à tout moment en fonction du coût-bénéfice-risque.

Auteurs