Casse-tête végétal

Casse-tête végétal

Amirhossein Jafari Bidhendi UdeM - Université de Montréal

Nous sommes sur la peau d’une feuille d’Arabidopsis thaliana. On y remarque deux types de cellules. Le premier type, de forme circulaire, est l’orifice (stomate) par lequel la plante respire. Mais c’est l’autre, aux contours en zigzag, qui intéresse le chercheur. Celui-ci veut comprendre comment et pourquoi la paroi de ces cellules se développe ainsi. Cette paroi cellulaire est composée de microfibrilles de cellulose dont la distribution influence la forme. Très rigides, ces microfibrilles procurent une résistance à la traction semblable à celle de l’acier. En approfondissant ce lien entre la forme et les fonctions, le chercheur souhaite mieux comprendre pourquoi certaines espèces de végétaux sont mieux adaptées à un environnement plutôt qu’à un autre.Cette photographie a été prise dans le laboratoire du Dre Anja Geitmann.Les échantillons ont été « colorés » à l’aide d’un fluorophore se liant spécifiquement à la cellulose. - Photo issue du concours La preuve par l'image 2015

La synthèse en mode balado

Vous êtes scientifique? Vous devez assister à une conférence? Au lieu d’écrire, laissez parler, essayez une synthèse en mode balado! Aurélie Hot vous livre ses astuces :

Apprenez-en davantage sur la pratique d’Aurélie Hot et les épisodes de son balado “La recherche sociale sur la route”

Publication