Gardes du corps

Yanis Chaib Université Laval

Notre peau sert de barrière physicochimique contre les envahisseurs. On aperçoit ici, en embuscade parmi les cellules de l’épiderme (en vert), les cellules dendritiques (en rouge), qui forment l’avant-garde du système immunitaire. Dès qu’un danger est détecté, ces cellules déclenchent une réaction inflammatoire. Elles interceptent ainsi les ennemis en attendant que les lymphocytes T viennent les neutraliser. L’image présente la répartition de ces cellules sur une peau humaine dans la région mammaire. (Dimension : 430 µm x 430 µm, microscopie confocale, 16 images compilées, prises à différentes profondeurs) - Photo issue du concours La preuve par l'image 2020..

Comment augmenter l’engagement du public?

Depuis ses tout premiers débuts dans les sociétés royales du XVIIe siècle, la communication scientifique n’a cessé d’évoluer. La recherche suggère aujourd’hui de renouveler le modèle descendant, ou « syndrome du déficit de connaissances », pour un modèle de communication favorisant le dialogue et l’interaction.

Malgré tout, chaque année dans mes cours de communication scientifique je suis surprise de voir que beaucoup de futur-e-s communicateur-trice-s scientifiques n’ont en tête que ce modèle unidirectionnel : article vulgarisé, infographie, vidéo Youtube…

Ce sont d’excellents outils pour passer du savoir, mais on peut faire un peu plus pour favoriser la participation et l’échange! Voici quelques astuces qui vous aideront à impliquer un peu plus votre public dans un échange permettant une meilleure compréhension et intégration des savoirs.

Facile, rapide et qui ajoute un petit quelque-chose!

Ajoutez une boite de commentaires – avec modération prépublication – à la fin de votre article ou de votre vidéo. Cela permet à votre auditoire de poser des questions et/ou de répondre aux autres. Vous pouvez favoriser ces échanges en posant une question à la fin de votre communication et inciter les gens à y répondre en commentaire. Important : réservez du temps pour modérer les commentaires!

Insérez des liens menant vers plus d’information ou vers une activité participative. Vous pouvez raccourcir votre texte et associer d’autres sources en lien. Par exemple, dirigez vos lecteur-trice-s vers des activités ludiques où chaque participant-e doit entrer en action (jeu, activité pratique).

Ajoutez un moyen de vous contacter (attention, évitez les boites de contact direct, privilégiez une boite courriel professionnelle sécurisée et séparée de votre boite courriel privée). Activez un message automatique indiquant aux personnes à quelle fréquence vous consultez la boite et répondez aux courriels.

Maintenez l’attention avec une présentation web interactive. Ce type de format permet de combiner images, texte et vidéo. L’utilisateur-trice peut aller à son rythme et doit interagir avec le medium pour poursuivre ou orienter sa lecture. Des outils comme Adobe Spark (gratuit) permettent de varier les formes de communication dans une présentation unique hébergée sur Internet.

Un peu plus de travail pour plus d’implication de votre public!

Les mini-questionnaire sont de plus en plus populaires et fonctionnent très bien pour attirer un public cible avec une question. Au lieu d’un long texte, passez votre message sous forme de blocs de texte ou courtes vidéos en réponse aux questions posées. Cela se prête bien pour aux réseaux socionumériques comme Facebook ou Instagram.

L’une de mes étudiantes a créé une histoire sous la forme d’un questionnaire (story-quiz) sur Instagram et elle a eu plus de 600 réponses en 24 heures. Les questions étaient suivies d’une courte explication sous forme de pages contenant peu de texte ou une illustration simple, défilant sur sa story.

Créez des infographies interactives. Il existe quelques outils en ligne avec des modèles d’infographie interactives, ou encore des logiciels commerciaux permettant d’enrichir vos infographies. Simplifiez l’infographie puis ajoutez des blocs-texte ou de courtes vidéos en lien (cliquable ou en survol hover-over) sur les éléments importants. Le lecteur peut ainsi choisir d’approfondir les éléments qui l’intéressent.

Encore plus de travail pour un meilleur engagement!

Produisez un questionnaire-vidéo. Plusieurs plateformes existent pour insérer des questions directement dans une vidéo Youtube par exemple. De temps en temps, la vidéo s’arrête et les personnes doivent répondre pour poursuivre la lecture. Cela garde votre participant-e davantage actif-ve et lui permet de réfléchir ou de reformuler ce qui vient d’être entendu. Tout en se gardant du piège de l’histoire à succès, vous pouvez transformer l’expérience en un « jeu dont vous êtes le héros » en proposant plusieurs options en fonction des réponses de l’utilisateur-trice.

Créez un atelier participatif! La plupart des personnes pensent que les animations scientifiques sont réservées aux enfants. Détrompez-vous, les adultes adorent cela aussi, et tou-te-s participent activement! Ce modèle rejoint peut-être un public encore plus ciblé mais ils sont très efficaces pour développer l’enthousiasme scientifique.

Voilà, j’espère qu’avec ces petits trucs très simples, vous pourrez davantage engager le dialogue avec votre public!

 

Publication